Santé de la femme : consulter un éthiopathe ou un ostéopathe ?

Douleurs lombaires ou cervicales, lourdeurs des jambes, troubles du cycle, anxiété, troubles de sommeil, constipation, ballonnement, sinusite, migraine, quel médecin va soigner tous ces maux avec une seule thérapie et sans médicaments ?

Des médecines parallèles, des thérapies non conventionnelles, thérapiesparamédicales,… Les noms diffèrent mais le résultat est bon. Après une visite chez un étiopathe ou un ostéopathe, on se sent délivré de tous nos malaises et douleurs. De plus en plus, les femmes consultent ces thérapeutes ou praticiens pour mettre fin à leurs maladies ou en complément à la médecine traditionnelle.

Différences entre étiopathie et ostéopathie?

Les différences entre ces deux pratiques se situent en plusieurs niveaux, d’abord la formation, les techniques de la pratique et le ciblage.

L’ostéopathie est reconnue en France, elle est soumise au code de la santé publique, au médicale, et à l’Ordre des médecins. Par contre, l’étiopathie n’est pas réglementée en France bien que ses séances soient remboursables par certaines mutuelles de la santé.

Tous les deux nécessitent des formations de 6 ans après le bac, sauf que l’étiopathie n’est enseignée que dans les établissements privés. Ces deux thérapies possèdent presque les mêmes indications mais les techniques de manipulation varient.

L’ostéopathie, elle, repose sur une manipulation des mains, avec des techniques bien spécifiques sur le corps et le crane du patient. Ces manipulations ressemblant à des techniques de kiné, ont des effets sur la globalité du corps, que ce soit musculaire, gastrique, pulmonaire ou osseux en travaillant sur la zone correspondante. Les manipulations sur le crane donne un effet sur la mobilité osseuse et la respiration.

L’étiopathie est plus pointue, elle repose sur les causes pour finir par des manipulations mécaniques pour retrouver une meilleure mobilité osseuse et viscérale.

Pour beaucoup, il n’y a pas de différences entre l’ostéopathie et l’étiopathie bien que cette dernière fasse l’objet de critiques des scientifiques et corps médical. On lui reproche de ressembler dans ses techniques manipulatoires à l’ostéopathie avec une logique différente sans preuves. Les étiopathes se défendent bien et ont créé l’Institut International d’Étiopathie, et en France ils ont pu avoir le titre officiel de profession libérale de santé par le Régime Social des Indépendants.

Dans quels cas la femme les consulte ?

La femme est concernée pour tous les cas, on cite, les troubles gynécologiques et urinaires : cystite, infertilité fonctionnelle, règles douloureuses, les troubles psychologiques, douleurs musculo-squelettiques, troubles gastriques, gênes respiratoires,… un soulagement suite à des manipulations très techniques, les femmes trouvent une cette thérapie le meilleur refuge.

Les femmes enceintes forment une bonne clientèle pour ces praticiens, pour éviter une médication et afin de soulager des maux de dos, jambes et dos allant parfois jusqu’à la sciatique se manifestant sous le poids de leur bébé. Ces patientes suivent des séances spéciales avec des manipulations délicates pour protection de la grossesse. Autres indications pour les consulter, nausées, les gastrites, maux de tête, tous ces bobos liés à la gestation.

Alors, étiopathe ou ostéopathe ?

Des techniques presque identiques, la patiente ne va pas s’apercevoir des  » logiques et philosophies de la thérapie  » que ces deux praticiens et scientifiques tracent pour les différencier. Un soulagement des douleurs, un débarras des malaises, ces pratiques reconnues mais critiquées, la femme peut s’orienter vers les ostéopathes qui ont démontré selon des études la fiabilité de leur thérapie. Un conseil et avis du médecin traitant qui connaît de près le cas de chaque patiente est toujours souhaitable.