La thrombose hémorroïdaire chez la femme enceinte

La grossesse est l’une des périodes dont la plupart des femmes doivent faire face durant leur vie. Elle peut se dérouler de façon assez paisible si toutes les règles sanitaires et les conseils de votre médecin traitant sont suivis à la lettre. Cependant, durant cette phase, votre corps peut être victime de biens d’anomalies qui peuvent être assez compromettantes pour votre santé si vous ne prenez pas les dispositions adéquates. La thrombose hémorroïdaire est sans aucun doute l’une de ses complications qu’il est nécessaire d’étudier afin d’en déceler les origines et les options de traitement.

Qu’est-ce que la thrombose hémorroïdaire ?

La grossesse et l’accouchement vaginal prédisposent les femmes à développer des hémorroïdes en raison des changements hormonaux et de la pression intra-abdominale accrue. On estime que de 25 % à 35 % des femmes enceintes sont touchées par cette anomalie. Dans certaines populations, jusqu’à 85 % des grossesses sont affectées par des hémorroïdes au cours du troisième trimestre.

Les hémorroïdes peuvent se trouver à l’intérieur du passage anal ou se former à l’extérieur de l’anus. Les hémorroïdes à l’intérieur sont appelées hémorroïdes internes et celles à l’extérieur sont appelées hémorroïdes externes. La thrombose hémorroïdaire survient lorsqu’une hémorroïde interne ou externe se remplit de caillots sanguins. Les thromboses hémorroïdaires peuvent devenir sensibles et douloureuses.

Causes et symptômes

Pendant et après la grossesse, les femmes sont sujettes aux hémorroïdes. Les hémorroïdes sont plus fréquentes au cours du dernier trimestre de la grossesse et au cours du premier mois suivant la naissance. Les facteurs de risque d’hémorroïdes comprennent la constipation, les antécédents d’hémorroïdes ou de fissures, le poids du nouveau-né à la naissance supérieur à 3 800 grammes et les efforts de longue durée pendant l’accouchement. Pendant la grossesse, une femme a un volume sanguin supplémentaire et un poids supplémentaire sur le périnée et le rectum, ce qui contribue aux hémorroïdes. Un volume sanguin supplémentaire signifie également que si vous êtes assis sur des surfaces dures ou debout pendant de longues périodes de temps, cela peut vous rendre plus sensible aux hémorroïdes.

Pendant la grossesse, votre corps subit de nombreux changements. Parfois, il est difficile de différencier les changements normaux des maladies qui peuvent nécessiter une attention et un traitement. Chaque fois que vous n’êtes pas certaine de vos symptômes, il est préférable de consulter votre médecin traitant. Cependant, parmi les symptômes des hémorroïdes, on peut citer :

  • Sensation de démangeaisons ou de brûlure.
  • Douleur en s’asseyant, en marchant ou après une selle.
  • Présence de sang rouge vif après une selle.
  • Douleur aiguë intermittente près de l’anus.
  • Enflure ou grumeaux autour de l’anus.

Traitement de la thrombose hémorroïdaire

Une thrombectomie est habituellement utilisée pour traiter les hémorroïdes thrombosées. Il s’agit d’une petite intervention au cours de laquelle les chirurgiens pratiquent une incision dans l’hémorroïde et drainent le sang. Le médecin anesthésiera la personne avant l’intervention pour qu’elle ne ressente aucune douleur. Cette procédure est plus efficace si elle est effectuée quelques jours après l’apparition de caillots sanguins dans les hémorroïdes. Si une thrombectomie n’est pas efficace, une chirurgie peut être nécessaire. Il y a une variété d’options chirurgicales disponibles. Il s’agit notamment de :

  • Hémorroïdectomie : il s’agit d’une intervention chirurgicale visant à retirer les hémorroïdes, y compris les vaisseaux sanguins et le caillot, qui peut être pratiqué sous anesthésie générale. Elle est plus invasive que les autres options et n’est donc pratiquée que dans les cas graves.
  • Ligature à l’élastique : une bande élastique est placée autour de la base de l’hémorroïde. Cela coupe l’approvisionnement en sang et le fait rétrécir sur une période de plusieurs semaines.
  • Hémorroïdopexie : les hémorroïdes sont agrafées afin d’empêcher l’obstruction des voies anales. Elle se fait sous anesthésie générale.

Prévention de la thrombose hémorroïdaire

Il n’est pas toujours possible de prévenir les hémorroïdes, mais les conseils suivants peuvent réduire le risque :

  • Manger des aliments riches en fibres : brocoli, flocons de son, pâtes de blé entier et farine d’avoine sont riches en fibres et aident à maintenir la régularité des selles.
  • Être plus active : éviter de rester assise pendant de longues périodes et essayer de marcher un peu plus souvent. Cela aide à prévenir les hémorroïdes.
  • Éviter de pousser à la selle : si vous êtes constipée, pensez à prendre un laxatif plutôt que de pousser excessivement.
  • Boire beaucoup d’eau : le fait de rester hydraté peut aider à réduire la constipation.