La leucocyturie chez la femme enceinte : causes et risques

La leucocyturie est une infection urinaire, elle est caractérisée par la présence de leucocytes (ce sont des globules blancs) dans l’urine.

Cette présence est considérée comme normale jusqu’au seuil de 104 leucocytes par millilitre d’urine. Une fois ce seuil dépassé, elle est considérée comme une infection urinaire.

1. Les causes et risques de la leucocyturie :

C’est une pathologie fréquente chez la femme, qui est 14 fois plus touchée par cette infection que l’homme.

La fréquence de la présence d’infection urinaire augmente avec l’âge. On la distingue chez 10 à 20 % des personnes de plus de 65 ans.

Cependant, elle est rare chez l’enfant : 2 % chez les petits garçons et 8 % chez les petites filles.

La leucocyturie s’accompagne généralement par des brûlures à la miction, des douleurs pelviennes…

Durant la grossesse l’appareil urinaire sera affecté et sollicité de plusieurs manières tel que la modification de l’urine en elle-même (sa composition de base change et elle s’adapte au bébé).

Au cours de la grossesse et surtout durant les 2 derniers trimestres, les riens de la mère sont durement mis à l’épreuve, et l’urine produite de ses derniers sera moins acide et plus riche en nutriment ce qui engendre par conséquence une évolution bactérienne.

L’évacuation de l’urine durant la grossesse n’est pas la même, il reste toujours des résidus à cause de l’utérus qui a changé de taille et qui a grandi alors il gêne la vidange complète de la vessie.

Durant les deuxièmes et troisièmes trimestres les mouvements du bébé peuvent créer un reflux depuis la vessie vers les reins, et si la vessie subit une infection, l’urine qui va remonter vers les riens peut créer une infection plus sévère.

2. Symptômes et traitement :

Elle est généralement suivie par une sensation de brûlure, une envie très fréquente d’uriner, des frissons, des douleurs lombaires et surtout des difficultés à vidanger la vessie.

La présence de bactéries et un phénomène fréquent dans le cas de l’appareil urinaire, il n’y a pas lieu de s’affoler. Près d’une femme sur sept attrape au cours de la grossesse la leucocyturie.

En dehors de la période de grossesse, cette infection est moins fréquente.

En effet, hors la période de grossesse seule 1 à 2 % des cas évoluent vers une infection des reins. Cependant, durant la grossesse le risque est plus grand et l’infection évolue vers la pyélonéphrite dans 40 à 60 % des cas dépistés à cause du mouvement du bébé.

Les causes dépendent de la typologie de l’infection « leucocyturie ». Pour le premier cas, qui est la leucocyturies asetiques, il s’agit généralement une infection ancienne et en cours de rémission, néanmoins pour la deuxième la leucocyturie isolée, elle peut être issue d’une infection urinaire qui a été traitée par les antibiotiques.

Il peut aussi arriver que les leucocytes présents dans le vagin viennent contaminer l’échantion d’urine ou l’administration de certains médicaments déclenchant ainsi une allergie d’où la leucocyturie.